Publié par Cercle Paul Morand

Dans Guerre après guerre Pascal Jardin écrit "J'ai bien lu Morand, je l'ai lu mieux encore que je ne le connais. Pour moi, c'est un homme qui a fait un pacte diabolique avec la langue française. Il me semble qu'en matière de style, il a l'âge de la vitesse des mots, qu'il a crevé tous les plafonds et enjambé toutes les rampes. Je voudrais bien être comme lui, saisir au vol l'informulable et en faire des photos qui ne prennent pas de rides"

Commenter cet article